Fuji X100s

x100s_blog

Il y a environ 2 mois, pour différentes raisons, j’ai eu envie d’accrocher mon appareil. J’y songeais souvent, je n’éprouvais plus autant de plaisir lorsque je sortais mon appareil. En parlant de ma réflexion avec une amie, celle-ci m’a offert de m’acheter mon matériel si je décidais de prendre une pause. C’était un signe, je lui ai donc vendu mon boitier et mes derniers objectifs.

Dans les semaines suivantes, j’ai fait un peu de photo avec Instagram. Des photos à Montréal sur St-Denis (au Café-Chat surtout !), un peu de paysages près d’ici et naturellement des photos de mon chat !

Ça m’a donné envie de m’acheter un petit appareil pour pouvoir faire un peu de photos à droite et à gauche. En voyant passer des articles et des commentaires sur les boitiers sans-miroir, ma recherche s’est naturellement orientée vers ce type d’appareils.

Le hasard a bien fait les choses, une amie vendais son petit Fuji X100s. J’ai fait mes recherches, j’ai regardé les tests et les revues sur internet et je suis tombé amoureux avec. Quelques jours plus tard, j’avais un nouveau pensionnaire dans mon sac.

Après 1 mois d’utilisation, je suis très satisfait de mon achat. Le Fuji est vraiment l’opposé de mon vieux Nikon D700. Premièrement, le boitier est petit et léger. C’est tellement plus agréable de trimbaler un petit boitier, c’est plus facile et moins douloureux pour le cou. Ensuite, je n’aurais jamais pensé autant apprécier le mode « liveview ». Pour du paysage ou pour un usage de tous les jours, c’est génial ! Plusieurs autres petits gadgets sont intéressants, la simulation de films, un mode panorama intégré et etc…

Ce que j’aime :

– Le look rétro
– Format et poids du boitier
– Objectif fixe équiv 35mm f/2 et adaptateurs
– Fonctions avancées (modes manuels, RAW, etc.)
– Viseur hybride

Ce que j’aime moins :

– Durée de la batterie
– Certains ajustements moins accessibles
– Auto-focus parfois hésitant

En conclusion, je continue à prendre ça relaxe, mais je suis bien content d’avoir un appareil photo pour quand l’envie me prend.